News

Gagnants du Concours Photo “Solutions Innovantes des Peuples Autochtones”

Des communicateurs et des photographes Autochtones du monde entier ont participé au concours "Solutions innovantes des Peuples Autochtones" visant à transmettre les messages et les histoires de leurs communautés.

Panama City, Panama. Suite au succès de l’appel à candidatures mondial et au travail assidu du jury – composé de six photographes Autochtones du Brésil, du Mexique, de Malaisie, de Bolivie, du Gabon et d’Indonésie – nous vous présentons les photographies gagnantes du concours.  

Le concours photo “Solutions Innovantes des Peuples Autochtones” a été ouvert aux personnes des communautés Autochtones du monde entier, lesquelles ont soumis des photographies originales illustrant la vision, l’histoire et les connaissances de leurs Peuples.

Le jury, composé de Sara Aliaga Ticona (Bolivie), Yannis Davy Guibinga (Gabon), Michael Eko (Indonésie), Luvia Lazo (Mexique), Flanegan Bainon (Malaisie) et Priscila Tapajowara (Brésil), a sélectionné trois images gagnantes pour chacune des catégories prévues par les Termes et Conditions du concours.

La sélection finale des photographies répondait à une série de paramètres techniques, ainsi qu’aux critères de créativité, de pertinence et de cohérence en fonction de la catégorie choisie .

En savoir plus sur les photographies gagnantes par catégorie. 

Innovation et Changement Climatique

La photo gagnante du premier prix est intitulée “The last breath” (Le dernier souffle), réalisée par Kevin Ochieng Onyango, un membre du Peuple Luo du Kenya.

Un garçon du peuple Luo du Kenya portant un masque à oxygène relié à une plante pour représenter l'importance des forêts face à la crise climatique. 
Gagnants du Concours Photo “Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones”.
Nom de la photo: Le dernier souffle. Auteur : Kevin Ocheng

Il a écrit: “Ce projet est symbolique pour démontrer l’importance des arbres dans notre écosystème et le rôle qu’ils jouent pour combattre le changement climatique. Lorsque les arbres poussent, ils contribuent à stopper le changement climatique en éliminant le dioxyde de carbone de l’air, en stockant le carbone dans les arbres et le sol et en libérant de l’oxygène dans l’atmosphère. Ce projet fait passer le message de la conservation et encourage la reforestation.”

Le Peuple Luo se trouve dans une zone qui s’étend du Sud-Soudan à l’Éthiopie, au nord de l’Ouganda, à l’est du Congo, à l’ouest du Kenya et à l’extrême nord de la Tanzanie.

Les Luo, comme d’autres Peuples indigènes du Kenya, affrontent plusieurs problèmes découlant de la crise climatique, tells que les sécheresses et les parasites qui menacent les récoltes et la sécurité alimentaire des communautés et du pays.


La photographie intitulée “Pescador Kapanawa” (Le pêcheur Kapanawa) réalisée par Patrick Murayari, du Peuple Kukama du Pérou, a remporté la deuxième place.

Jeunes autochtones du peuple Kapanawa du Pérou pêchant dans la rivière avec un canoë et des filets traditionnels. 
Gagnants du Concours Photo “Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones”
Nom de la photo : Pêcheur Kapanawa. Auteur : Patrick Murayar

“Au crépuscule, équipés de tarrafas (filets) ou de harpons, les hommes de la communauté autochtone de Fatima, qui appartiennent au Peuple Kapanawa, se dirigent vers la lagune située à cinq minutes de la communauté, avec l’objectif d’obtenir quelques poissons pour le dîner. Ils ne pêchent que pour leur propre consommation. De cette manière, ils garantissent la durabilité de cette ressource”, écrit Patrick.


Le peuple Kukama est principalement situé dans le département amazonien de Loreto au Pérou.

Selon la base de données des Peuples Autochtones du Pérou, élaborée par le Ministère de la Culture, les Kukama ont une tradition ancestrale de pêche et ont développé une série d’outils et de techniques spécifiques dérivés de leur interaction avec l’écosystème, raison pour laquelle les communautés Autochtones et non Autochtones du secteur les ont appelés “les grands pêcheurs de Loreto”.

La troisième place est occupée par l’image intitulée “La esperanza de seguir viviendo” (L’espoir de continuer à vivre) d’Alcibiades Rodríguez, du Peuple Guna du Panama.

Photo aérienne de l'une des îles qui composent le territoire du peuple Guna du Panama "Guna Yala". 
Gagnants du Concours Photo “Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones”
Nom de la photo : L'espoir de continuer à vivre. Auteur : Alcibiade Rodriguez

Alcibiade décrit “l’espoir de continuer à vivre au sein d’un territoire traditionnel et conservateur, chargé d’héritages et de lutte, qui demeure contre le changement climatique”.


Le Peuple Guna se trouve en Colombie et au Panama. Les Guna sont les premiers habitants de la jungle continentale, mais il y a 120 ans, ils ont migré vers la côte – pour échapper à la malaria et à la fièvre jaune – et ont fondé la Comarca Guna Yala au Panama. 

La comarca englobe une étroite bande continentale et un archipel de 365 îles. En raison de leur situation géographique, les Guna sont considérés comme les personnes les plus vulnérables aux effets du changement climatique et de la pollution maritime. 

Selon les données de l’ONU, les Guna devraient être le premier Peuple Autochtone à être déplacé par la montée du niveau des mers due au réchauffement climatique.


Forêts et Peuples Autochtones

Le premier prix est remporté par la photo intitulée “Abuelo” (Grand-père) de Venancio Velasco González de San Pablo Yaganiza au Mexique.

Cette photo représente un homme dans la forêt avec son cheval qui va semer la milpa – un système traditionnel de plantation de maïs, de haricots et de courges.

Vieil homme indigène du Mexique dans la forêt avec son cheval en route pour planter Milpa. 
Gagnants du Concours Photo “Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones”
Nom de la photo : Grand-père. Auteur : Venancio Velasco González

Venancio partage l’histoire de cette photo, “Je veux vous parler un peu de mon grand-père. Il a 82 ans et toute sa vie a été consacrée aux champs. Dès que je pense à lui, une scène me vient à l’esprit sur ce qu’il est. Se promenant dans le brouillard avec son cheval, allant semer ou ramasser du bois de chauffage, cette fois c’était mon tour de l’accompagner pour semer la milpa et c’ést inévitable de ne pas me rappeler une partie de mon enfance et la première fois que je l’ai accompagné aux champs du même paysage”.


San Pablo Yaganiza est un petit village situé dans l’État de Oaxaca. Selon les données du dernier recensement, 99,64% de la population est Autochtone et 93,31% des habitants parlent une langue Autochtone.

La photo “Danza del venado” (Danse du cerf) de Nazario Tiul Choc, du peuple Maya Q́eqchi du Guatemala, a remporté le deuxième prix.

Groupe d'indigènes de la Cooperativa Unión Maya Itza de Guatamela exécutant le rituel de la danse du cerf avec des vêtements traditionnels. 
Gagnants du Concours Photo “Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones”
Nom de la photo : La Danse du Cerf. Auteur : Nazario Tiul Choc

Pour Nazario, “La danse du cerf est un rituel de chasse dont les origines remontent à la période classique Maya. Il s’agit d’une représentation de la guerre entre les chasseurs et les animaux sauvages qui se disputent le cerf comme nourriture. Ce rituel est exécuté chaque année dans la Cooperativa Unión Maya Itzá où enfants et adultes participent, lors de la célébration de leur retour du Mexique au Guatemala qui date de 27 ans à cause des problèmes du conflit armé au Guatemala.”


La photo gagnante du troisième prix est intitulée “Dayak Kebahan children” (Enfants Dayak Kebahan) par Victor Fidelis Sentosa d’Indonésie. 

Cette image montre un enfant de la tribu Dayak Kebahatn jouant dans la rivière.

Enfant du peuple indonésien Dayak Kebhan jouant dans la rivière. 
Gagnants du Concours Photo “Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones”
Nom de la photo : Dayak Kebhan Enfants. Auteur : Victor Fidelis Sentosa

Le mot Dayak ou Dyak est un terme utilisé pour distinguer plus de 200 groupes Autochtones qui habitent principalement les zones côtières de la Malaisie, d’Indonésie et de Brunei. Même si le terme Dayak a été inventé pendant la colonisation, les Peuples Autochtones l’ont adopté dans leurs processus de résistance et d’identité. Tout en conservant le même nom, chaque communauté possède sa propre langue, son propre territoire et sa propre culture. Selon certaines estimations, il y aurait environ 450 groupes ethnolinguistiques Dayak vivant à Bornéo.

Actuellement, la plupart des Dayaks vivent dans de petits villages côtiers, et leur principale activité économique est la pêche.  



Jeunesse Autochtone

Le premier prix revient à l’image intitulée “Oloburgandiwar” d’Aylin Alba, du peuple Guna du Panama. 

Femme autochtone du peuple Guna du Panama dans la rivière exécutant un rituel pour se connecter avec les esprits de ses ancêtres. 
Gagnants du Concours Photo “Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones”
Nom de la photo : Oloubingun Tigwar. Auteur : Aylin Alba

Aylin partage l’histoire derrière cette photo, “Nos grands-parents nous disent que lorsque nous mourons, nous passons par le grand fleuve, c’est pourquoi en tant que Peuple Autochtone nous connaissons l’importance de l’eau, de la nature, puisque notre burba (esprit) se baignera et naviguera dans le fleuve pour être réuni avec nos ancêtres.”



La photographie intitulée “Hijos de la tierra” (Enfants de la terre) d’Alexander Pérez Ventura, représentant le Peuple Maya Mam du Guatemala, a remporté la deuxième place.

Jeune femme autochtone du peuple Quiché Maya du Guatemala à côté d'une source d'eau avec des offrandes en remerciement à la nature. 
Gagnants du Concours Photo “Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones”
Nom de la photo : Enfants de la terre. Auteur : Alexandre Pérez Ventura

Alexander décrit sa photo: “Ana Francisca Domínguez appartient au Peuple Maya Quiché du Guatemala. Dans sa famille, tous se consacrent à la musique ancestrale, pour remercier et la bénir de tout ce que la Terre Mère leur offre. La culture Maya compte quatre éléments qui sont essentiels pour les êtres humains et qui, en même temps, font partie d’eux. Chaque élément possède un cœur : l’eau, l’air, le soleil et la terre. Nous ne sommes rien sans ces éléments, c’est pourquoi nous nous considérons comme des enfants de la terre.


Le Peuple Quiché remercie pour l’eau et offre souvent des cadeaux aux sources d’eau. Ces cadeaux sont principalement la musique, les fleurs et les bougies. Le 24 juin, chaque village bénit le cœur de la terre pour les eaux”.

Le troisième prix est décerné à la photo intitulée “Pusaka” réalisée par Prince Loyd C. Besorio du Peuple Obu Manuvu des Philippines.

Jeune femme indigène de la tribu Obu Manuvu d'Indonésie tenant une corne pour appeler Pusaka, elle est l'esprit de la forêt. 
Gagnants du Concours Photo “Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones”.
Nom de la photographie : Pusaka. Auteur : Prince Loyd C. Besorio

Prince écrit: “La tribu Obu Manuvu croit profondément à la cosmologie Pusaka, une pratique traditionnelle de conservation de la biodiversité où ils consacrent et déclarent des entités, vivantes ou non vivantes, comme sacrées ou inviolables en raison de leur attachement émotionnel. Les zones où l’on trouve l’aigle des Philippines et d’autres animaux et arbres Pusaka possèdent des gardes forestiers spécifiques qui apportent des cornes avec eux comme moyen de communication avec les autres gardes forestiers.”


News

Programme de Bourses pour les Autochtones

Nous avons reçu les candidatures des Peuples Autochtones passionnés par la création de changements significatifs pour leurs communautés dans le monde entier.

Le changement transformateur pour les Peuples Autochtones commence avec des dirigeants Indigènes solides. Aujourd’hui, un nouveau groupe de leadership Autochtone est nécessaire pour trouver des solutions aux crises du climat et de la biodiversité.

C’est pourquoi la Fondation Indigène du FSC (FSC-IF) lance un Programme de Bourses Autochtones (Indigenous Fellowship Program – IFP pour ses sigles en anglais) pour les Peuples Autochtones passionnés par la création de changements significatifs pour leurs communautés à travers le monde, afin de générer du changement aux niveaux local, régional et mondial.

En partenariat avec l’USAID et le Forest Stewardship Council, la FSC-IF invite les Peuples Autochtones à envoyer leur candidature pour échanger, dialoguer et renforcer leur leadership et leurs réseaux visant à faciliter la mise en œuvre d’un projet au niveau local, national, régional ou mondial et à partager leur expérience et leur processus d’apprentissage avec leurs pairs Autochtones. Les thèmes essentiels de cette bourse sont l’environnement/le changement climatique, les droits fonciers et l’économie Autochtone

La bourse a pour but d’offrir la possibilité de relier les connaissances traditionnelles des Peuples Autochtones aux pratiques dans des domaines liés à la gestion, à la finance, au développement et à l’économie des entreprises, à la gestion durable des ressources, au leadership et à d’autres sujets importants pour soutenir le développement autonome, l’autogestion et l’autosuffisance à long terme des Autochtones. 

Nous sommes convaincus que le résultat de ce soutien va au-delà de la formation des participants et se traduit par une réelle implication et un partage d’expérience pour les communautés Autochtones du monde entier.  

DÉTAILS DU PROGRAMME DE BOURSES AUTOCHTONES

Les candidats peuvent postuler à l’un des quatre sous-programmes décrites ci-dessous. Si vous souhaitez postuler à plus d’un sous-programme, vous devez soumettre une demande séparée pour chacun d’eux.

1. Jeunes Praticiens Autochtones :

La FSC-IF, dont le siège est à Panama City, offre la possibilité de travailler pendant une période de 2,5 mois aux côtés des responsables du programme IPARD (Indigenous Peoples Alliance for Rights and Development). L’accent spécifique mis sur un domaine du programme n’exclut pas la participation et les possibilités d’apprentissage des boursiers dans d’autres domaines de la FSC-IF, en tirant parti des stratégies transversales multisectorielles de la FSC-IF. Pour participer à ce programme, les candidats doivent être titulaires d’un diplôme de niveau universitaire. La maîtrise de l’anglais est souhaitable. Ce programme est conçu pour les professionnels de moins de 35 ans.

2. Leadership Autochtone et Réseautage :

En coordination avec la famille FSC, des opportunités d’engagement et de partenariat avec des entreprises et des organisations liées au processus de certification FSC seront identifiées. Les participants à cette opportunité pourraient être des individus de tout âge qui passeront 2 à 3 mois à interagir avec des entreprises liées à la forêt et à se renseigner sur le processus du CLIP (Consentement Libre, Informé et Préalable), les outils de viabilité économique, les paysages culturels Indigènes et les approches forestières familiales et communautaires.

3. Capacité Autochtone :

Cette opportunité est ouverte pour répondre aux besoins de capacités présentés par les candidats liés à l’environnement/au changement climatique, aux droits fonciers et/ou à l’économie Indigène pour des formations courtes (jusqu’à 4 mois) dans leur propre pays ou dans un autre pays.

4. Bourse de Développement Entrepreneurial :

Cette opportunité est ouverte aux jeunes entrepreneurs Autochtones pour promouvoir le développement économique, social et culturel en soutien aux objectifs d’autodéveloppement et d’autonomie à long terme de leurs communautés dans lesquelles ils vivent, en se basant sur leurs traditions, leur culture, leur cosmovision, la gestion du paysage culturel Indigène. Pour en savoir plus sur ce sous-programme du IFP, veuillez cliquer ici.

Certains des boursiers seront accueillis dans les bureaux de la FSC-IF à Panama City au Panama ou dans les organisations partenaires d’IPARD dans d’autres pays du monde tels que les communautés, les entreprises communautaires, les entreprises privées et les bureaux nationaux du FSC. Les organisations qui accueillent les candidats sélectionnés leur partageront leurs connaissances et leur expérience afin d’améliorer leurs capacités et deguider dans l’identification des sources de financement pour la mise en œuvre de leurs idées de projets. La FSC-IF aidera les candidats sélectionnés à payer leurs frais de subsistance (vols aller-retour, logement dans la ville ou communauté, assurance maladie, somme forfaitaire pour la nourriture, le transport et le visa).  

ADMISSIBILITÉ 

Les candidats doivent répondre à tous les critères d’admissibilité suivants pour que leur candidature soit prise en considération. L’approbation de la formation est à la discrétion de la FSC-IF. Pour consulter les critères d’admissibilité, veuillez cliquer ici :  

Les femmes remplissant les conditions mentionnées ci-dessus sont encouragées à postuler. 

PROCESSUS DE CANDIDATURE

Les candidats peuvent postuler en anglais, espagnol, français ou portugais. La date limite de dépôt des candidatures est fixée à 11:59 ET le 31 mars 2023. Les candidats seront informés des résultats dans les deux mois suivant la date limite de candidature.  

Date potentielle de début des bourses : Mai et juin 2023

Les candidats intéressés doivent postuler ici avec les documents suivants. Si vous rencontrez des difficultés pour accéder au formulaire ou pour soumettre les documents par le biais du formulaire, veuillez nous envoyer les informations de ce lien par e-mail : ifp@fsc.org

  • Une vidéo, un document pdf ou word, une présentation de diapositives, canvas, entre autres avec (1) une description de la motivation à participer, y compris l’intérêt pour l’un des trois domaines mentionnés ci-dessus et (2) une description de la manière dont le programme aidera le candidat à atteindre ses objectifs, une description du projet à mettre en œuvre une fois sa bourse terminée, et toute autre information pertinente pour cette candidature.
  • 2 lettres d’appui de la part d’organisations de Peuples Autochtones comprenant le nom, l’adresse et le numéro de téléphone de l’organisation fournissant la référence (les références ne peuvent pas être fournies par des membres de la famille immédiate des candidats, c’est-à-dire des parents, des frères, des sœurs, des tantes, des oncles, des cousins ou des grands-parents).

Pour la 4e fenêtre d’opportunité Bourse de Développement Entrepreneurial, veuillez vérifier les informations supplémentaires pour la demande.

Les candidatures seront soumises à un processus de sélection rigoureux et compétitif auquel participeront les membres du Comité Permanent des Peuples Autochtones (PIPC pour ses sigles en anglais), ainsi que les membres des comités nationaux Autochtones du Programme IPARD et d’autres dirigeants Autochtones de premier plan.   

RESSOURCES POUR RESTER CONNECTÉ

La FSC-IF s’engage à fournir une plateforme permettant aux anciens participants de partager leur expérience et leurs histoires entre eux et avec la communauté Autochtone dans son ensemble. Les ressources suivantes sont disponibles pour mettre en relation les anciens de la FSC-IF et d’autres Peuples Autochtones :  

  • Le groupe Facebook de l’IFP pour connecter les anciens participants entre eux et partager leur travail.  
  • Le groupe LinkedIn de l’IFP pour connecter les anciens participants entre eux et avec d’autres organisations et professionnels dans leur pays.  
  • Connexion à des événements périodiques et à des espaces d’interactions dans le cadre d’initiatives avec les partenaires stratégiques de la FSC-IF, notamment les agences multilatérales, les gouvernements et les secteurs privés.  

POUR PLUS D’INFORMATIONS

Pour plus d’informations sur les sous-programmes 1, 2 et 3 de l’IFP, veuillez écrire à l’adresse électronique ci-dessous et ajouter Laurence Portal (l.portal@fsc.org) chef de programme pour le développement des capacités et l’inclusion à l’IPARD.  Pour le sous-programme 4, veuillez ajouter Katherine Coronado (k.coronado@fsc.org), responsable du programme I-WEE du Programme l’IPARD.  

Courriel : ifp@fsc.org 

Un webinaire destiné à répondre à toutes les questions sur les quatre sous-programmes de l’IFP aura lieu le 31 janvier à 9 heures ET.  Les personnes intéressées peuvent s’inscrire ici. La date limite de réception de vos questions est le mercredi 25 janvier, à 11 h 59 ET.

Nous acceptons les candidatures des Peuples Autochtones passionnés par la création de changements significatifs pour leurs communautés dans le monde entier. 

News

Concours Photo Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones

Nous comprenons que la meilleure méthode pour défendre les droits et promouvoir les solutions créées par les Peuples Autochtones consiste à transmettre leurs propres visions, avec leurs propres mots et images.

Nous voulons donner aux communicateurs et aux photographes Autochtones les moyens de raconter leurs histoires, celles de leurs communautés et cultures par l’image.

C’est pourquoi aujourd’hui on démarre notre concours photo “Solutions Innovatrices des Peuples Autochtones” qui vise à approfondir les réalités, les problématiques, les propositions et les solutions innovatrices des Peuples Autochtones pour défendre leurs droits, gérer leurs territoires et protéger la Terre Mère.

The FSC-IF is a global organization created by and for Indigenous Peoples that seeks to provide long-term solutions that support the world’s Indigenous communities.

Notre mission est de co-créer, avec les Peuples Autochtones, des solutions qui reposent sur la relation entre les forêts, la nature et le climat. Nous nous concentrons sur la promotion des droits des Peuples Autochtones, l’auto-développement holistique et l’autosuffisance des peuples.

Join our network of visual storytellers and participate in this contest after checking the Terms and Conditions

For questions and concerns please contact :

Mary Donovan, Communications Officer of FSC Indigenous Foundation, at m.donovan@fsc.org    

Termes et Conditions

Qui peut participer?

Le concours s’adresse en particulier aux communicateurs, photographes et storytellers des divers Peuples Autochtones du monde. 

Nous promouvons la non-discrimination et l’intergénérationnalité, raison pour laquelle ce concours n’a pas de limite d’âge et encourage la participation des femmes et des jeunes.

Quelles sont les catégories?

Innovation et changement climatique. Cette catégorie est ouverte aux communicateurs, photographes ou storytellers amateurs des Peuples Autochtones de tout âge. Ce thème comprend:

  • Solutions innovantes centrées sur la nature, liées au changement climatique, aux incendies de forêt, à la déforestation, à la biodiversité, à la gestion de l’eau, à la gestion du territoire, etc.
  • Les savoirs traditionnels fondés sur des solutions innovantes.
  • Solutions innovantes à partir du travail des communautés autochtones dans la conservation des forêts et de la biodiversité.
  • Solutions innovantes pour combattre ou atténuer le changement climatique.
  • Efforts menés par les communautés pour s’adapter ou atténuer le changement climatique.

Forêts et Peuples Autochtones. Cette catégorie est ouverte aux communicateurs, photographes ou storytellers amateurs des Peuples Autochtones de tout âge. Ce thème comprend:

  • La relation des Peuples Autochtones avec la nature.
  • Les Peuples Autochtones et la biodiversité.
  • Les savoirs traditionnels concernant l’utilisation, la gestion et la conservation des forêts.
  • Paysages Autochtones, gouvernance et gestion.

Les Jeunes Autochtones. Cette catégorie est ouverte aux jeunes communicateurs, photographes et storytellers jusqu’à l’âge de 20 ans.  Ce thème comprend:

  • L’innovation des Peuples Autochtones.
  • Les Peuples Autochtones et les forêts.
  • Actions innovatrices des jeunes et des femmes Autochtones.

Termes du concours

  • Toutes les photos envoyées doivent être originales.  
  • Chaque participant ne peut soumettre qu’une seule photo par catégorie.
  • Les photos contenant des images des personnalités reconnaissables doivent être accompagnées d’une autorisation préalable d’utilisation de l’image jointe au formulaire d’inscription.

Conditions du concours

  • Lorsque vous envoyez une photo, la personne à qui elle appartient autorise automatiquement la Fondation Indigène FSC à utiliser l’image dans son matériel de communication et de promotion.
  • Les photos de personnes qui n’ont pas été autorisées à utiliser l’image ne seront pas admissibles.

Critères d’admissibilité

Seules les images qui répondent aux exigences suivantes pourront être admises à concourir.  

  • Tous les participants doivent être membres d’un Peuple Autochtone.
  • Toutes les images doivent être originales.
  • Les images qui auraient déjà reçu des prix ou une reconnaissance avant ce concours ne sont pas admissibles.
  • Pour la troisième catégorie, Jeunesse Autochtone, les photographes doivent être âgés de 20 ans ou moins.

Prix et récompenses

Nous reconnaissons et récompensons le travail des communicateurs, des photographes et des storytellers amateurs. Les trois premières places de chaque catégorie seront récompensées par une reconnaissance symbolique et économique. 

  • Première place 1 000 $ (mille dollars américains).  
  • Deuxième place: 600 $ (six cents dollars américains).  
  • Troisième place: 400 $ (quatre cents dollars américains).

Jury

Le concours sera jugé par un jury d’experts composé de photographes Autochtones reconnus dans le monde, qui vont évaluer et sélectionner les photos finalistes. 

L’évaluation comporte les critères suivants : 

  • Couleur.
  • Composition.
  • Créativité. 
  • Cohérence avec la catégorie sélectionnée.

Comment participer?

Pour participer au concours, vous devez suivre les étapes ci-dessous : 

  • Lisez et téléchargez nos termes et conditions. 
  • Sélectionnez la catégorie dans laquelle vous souhaitez participer. 
  • Choisissez la photo avec laquelle vous souhaitez participer. N’oubliez pas que l’image doit avoir une résolution minimale de 1500 pixels sur le plus long côté et que le fichier doit avoir un maximum de 25 MB.
  • Envoyez-nous un courriel avec votre photo en pièce jointe à fsc.if@fsc.org. Le courriel doit contenir les détails suivants :
    • Nom et prénom.
    • Âge.
    • Pays.
    • Peuple auquel vous appartenez.
    • Lieu et date où la photo a été prise.
    • Brève description de l’image.  
  • Si votre photo comporte l’image d’une ou plusieurs personnes, veuillez joindre une lettre de consentement pour l’utilisation de l’image. 

1 2 3 4